Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Activez les cookies pour faciliter votre navigation sur le Web. OK
iic_montreal

«Le génie errant», Georgia Cardosi: "Transformations urbaines et adaptation: quel future pour les bidonvilles de Nairobi?".

Date:

20/02/AM


«Le génie errant», Georgia Cardosi:

La série de rencontres intitulée "Le génie errant: Italiens dans les arts, les lettres et les sciences... dans le monde", est un espace de confrontation et de dialogue culturel que l’Institut Italien de Culture a conçu exclusivement pour les jeunes italiens à travers le monde. Au-delà de leurs disciplines et leurs orientations, les Italiens transmettent leur savoir, acquis en Italie, en le diffusant un peu partout à travers le monde et, à leur insu, ils suivent une disposition et une vocation d’origine ancienne: celle du généreux échange culturel, réconforté par un sens aigu de la compréhension humaine.

Mardi, 20 Février 2018, 18h Entrée libre
Istituto Italiano di Cultura di Montreal
1200 Av. du Dr Penfield
Conférence en langue italienne

L’urbanisation croissante et rapide qu’on observe dans les pays en développement est caractérisée par la prolifération de bidonvilles. 863 millions de personnes dans le monde habitent aujourd’hui dans ces quartiers dit ‘informels’, et leur nombre est destiné à augmenter, surtout en Afrique Subsaharienne. Effectivement, les politiques urbaines et d’habitation des dernières cinquante ans non seulement n’ont pas réduit ni limité le phénomène, mais ont traité l’émergence des bidonvilles comme un « problème à résoudre », souvent à travers l‘expulsion forcé et la démolition d’entières communautés. Les conditions de vie dans les bidonvilles s’avèrent extrêmement précaires, dû, entre autres, au manque d’infrastructures, de services, d’eau, et à la marginalisation sociale. Au Kenya en particulier, les autorités n’ont pas d’outils de planification adéquats pour améliorer les conditions de vie des bidonvilliers, ni pour promouvoir un développement urbain inclusif et durable.

Malgré leur précarité ces établissements endurent et survivent dans le temps. Certains se consolident en sociétés complexes et deviennent des composantes essentielles sans lesquelles la ville ne serait pas durable. Les bidonvilles continuent à se multiplier et à s’élargir pour accueillir des millions de pauvres grâce aux solutions d’habitation et de services les plus abordables. Nairobi a une population de 3,4 million de personnes, dont le 70% habite dans environ 180 bidonvilles. En reconnaissant le bidonville non pas comme un problème mais comme une modalité de formation de villes, quelle organisation spatiale et quelles stratégies d’adaptation peut-on identifier? Quelles leçons peut-on en traire pour imaginer la ville de la future et en guider le développement?

Nous explorons l’étude de cas longitudinale du Toi Market, marché de 2500 étals localisé à Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi et de l’Afrique oriental. Ici, nous identifions les processus d’organisation spatiale, et les stratégies d’adaptation relatives, qui déterminent les transformations urbaines en condition d’insécurité foncière, à l’échelle de communauté. On y reconnait également les interrelations entre les facteurs spatiales et sociales, politiques, économiques, et légaux liés à la question foncière et à l’occupation des sols urbains, qui intervient dans les dynamiques de formation et extension du marché. L’étude longitudinale a eu lieu à travers des travaux de terrain à Nairobi en 2004, 2007, 2008, 2011 et 2016. Une intense activité investigatrice a été conduite en 2016 en collaboration entre Œuvre Durable, l’université Jomo Kenyatta of Agriculture and Technology, et la communauté locale.

Georgia Cardosi est une architecte italienne installée à Montréal depuis 2010. Elle a poursuivi la Laurea en Architecture à l’Università la Sapienza de Rome en 1997 avec une thèse sur la «Requalification des infrastructures et des services dans la région métropolitaine romaine sud-ouest», supervisée par Luigi Pellegrin. Elle a travaillé dans le bureau Luigi Pellegrin e Associati à Rome du 1994 au 2002 et est co-auteure de la plus importante publication du maitre. Enregistrée à l’ordre des architectes de Latina, Georgia est spécialisée en «Requalification des infrastructures et des quartiers d’habitation pour la coopération et le développement», maitrise poursuivi au Polytechnique de Milan en 2004, et en «Urban Design and Housing», maitrise poursuivi à l’université McGill de Montréal en 2011.

Elle a travaillé treize ans en Italie comme architecte et urbaniste, incluant des projets de récupération urbaine du centre historique et d’autres quartiers de la Ville de Latina, et deux ans comme assistante d’architecture à Montréal, dans le bureau Ruccolo+Faubert Architectes. Ici, elle s’est occupée de conception de logements sociaux et du projet du nouveau siège de Projets Autochtones Québec à Montréal, refuge et chambres de transition pour des autochtones à risque d’itinérance, construit en 2016. Depuis 2004 elle a voyagé au Sri Lanka pour des projets de reconstruction après le Tsunami, et au Kenya, où elle étude les transformations urbaines et les bidonvilles. Elle a participé à des conférences et évènements internationaux -Kampala, Londres, Nairobi, Montréal, Toronto, et Addis Abeba, entre autres. À Nairobi, elle a réalisé plusieurs travaux de terrain auprès de la communauté du marché informel Toi Market, étude de cas longitudinale de sa thèse de doctorat, et objet de plusieurs publications.

Actuellement elle est candidate au doctorat, auxiliaire de recherche et d’enseignement à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Elle est membre des groupes de recherche internationaux : Groupe de recherche IF (grif), UdeM; Innovation and Research for Reconstruction (i-Rec), UdeM; et Observatoire universitaire de la vulnérabilité, de la résilience et de la reconstruction durable (Œuvre Durable) du Canada.

Information

Date: Mar 20 Fév 2018

Heure: Alle 18:00

Organisé par : Istituto Italiano di Cultura di Montréal

Entrée : Libre


Lieu:

Istituto Italiano di Cultura di Montréal 1200 Av.

1039